La Colombie faisait partie des destinations qui nous tenaient à coeur dans ce voyage. Or, avant même de partir, nous avions de sérieux doutes sur la possibilité d’entrer chez son voisin, le Venezuela.

Le pays est, en effet, en crise depuis plus d’un an, les frontières ont été fermées, puis ré-ouvertes, mais les témoignages y décrivent une situation tendue… Or, pour pouvoir entrer au Brésil à partir de la Colombie, l’unique route passe par le Venezuela (sauf à rebrousser chemin sur environ 5000 km, ce dont n’avions ni l’envie ni le temps). Nous nous sommes donc entêtés, misant sur un miracle, d’ordre géopolitique ou autre. Bref, nous avons fait les autruches. Or, le miracle n’a pas eu lieu, d’où le titre de ce post !

Nous avons imaginé pas mal de solutions, comme celle de franchir le Darien Gap, entrer au Panama puis traverser l’Amérique Centrale pour nous rendre à Miami. Une sortie qui nous séduisait, mais nous nous sommes dégonflés avant d’être poursuivis par notre banquier. Parmi les solutions, il y avait aussi celle de rester en Colombie puisque, décidément, à force de séduction, nous nous sommes laissés séduire. Mais là, il a suffi d’un échange avec nos nains en France pour en conclure que cette solution ne convenait pas non-plus.

Alors, comme des enfants, nous nous sommes contentés de profiter de la Colombie en nous disant que nous verrions bien en temps voulu… De Cali nous avons donc roulé vers le nord, en direction de Medellin, le fief du cartel du même nom, camp de base de feu Pablo Escobar. A l’occasion nous nous sommes rappelé que ce brigand à la renommée internationale avait proposé à son gouvernement de rembourser sa dette ! On dit, qu’aujourd’hui encore, sa “générosité” auprès des pauvres en faisait un homme aimé…

Même si le temps des barons de la drogue est dévolu, lors d’un échange autour d’un café, un colombien nous rappelait que le pays reste, malgré tout, le premier producteur de cocaïne au monde.

Bon, en guise de psychotrope, nous nous sommes contenté de nous laisser bercer par des routes qui n’en finissaient plus de tourner, en suivant des reliefs parsemés de bananiers, de plantations de café et autres plantes tropicales. C’était beau et plaisant. Lors des pauses, les colombiens prenaient le relai, avec sourires et bienveillance, pour prolonger l’enchantement. J’ai dit que nous aimons la Colombie ? Parce que si je ne l’ai pas dit : nous aimons la Colombie !

Enfin, nous avons fini par atteindre Carthagène. “Cartagena de los indias”, perle de la côte Caraïbe. La vieille ville aux constructions coloniales colorées, porte les marques de son histoire. Siège du royaume d’Espagne pendant pendant plusieurs siècles, les richesses qui ont transité par son port ( traite négrière, or, etc.) ont attiré toutes les convoitises. Des remparts qui entourent la ville, destinés à protéger des conflits armés et des pirates, la vue se perd dans la mer des Caraïbes. Il est alors facile de débrider l’imagination et de revisiter l’histoire avec des ingrédients choisis, quitte à inventer un peu.

J’ai déjà dit qu’on aime la Colombie ? Non parce que sinon : on aime vraiment la Colombie !

Après avoir traîné quelques jours le long du bord de mer, nous nous sommes décidé à reprendre la moto pour rouler vers Bogota. Oui, car quelques investigations via internet et quelques coups de fil nous ont permis de trouver une solution à notre “piège colombien”.

Aérosur assure du fret à destination de Leticia, dans la partie amazonienne à l’extrême Sud-Est du pays. De là, il est facile de rejoindre le Brésil par le fleuve. C’est donc là que nous allons. Nous avons déposé la moto aujourd’hui à l’aéroport. A 1€/kg de fret, on était contents d’avoir une moto légère ! Et oui, l’impro continue… Quoi qu’il en soit, notre “désorganisation” continue de nous amuser et c’est bien là l’essentiel, non ?

Diaporama

Suivez-nous sur Facebook

https://www.facebook.com/fredetaldo

Si vous avez raté le début:

22- Coincés en Colombie ?

La Colombie faisait partie des destinations qui nous tenaient à coeur dans ce voyage. Or, avant même de partir, nous avions de sérieux doutes sur la possibilité d’entrer chez son voisin, le Venezuela. Le pays est, en effet, en crise depuis plus d’un an, les frontières...
Read More

21- Cali (le premier qui demande si c’est un chanteur, est invité à sortir)

Cali, donc, est notre première vraie ville en Colombie. Nous avons atterri dans le quartier de San Antonio, qui par certains aspects évoque Santa Teresa à Rio, mais en moins pentu et sans vue sur la mer. Oui je sais, ce genre de remarque ça fait un peu “j’me la pète”...
Read More

20- Fromage ET dessert

Coincé entre le Pérou et la Colombie, l'Equateur fait partie des petit pays d'Amérique du Sud. Mais avec un littoral sur l'océan Pacifique, la région « del oriente » encrée en Amazonie et les plateaux andins d'où émerge le « plus haut sommet du monde par rapport au...
Read More

19- Le motard et les crevettes

Notre entrée en Equateur s'est faite nuitamment. Non que nous ayons misé sur la puissance de l'éclairage de notre moto, mais simplement parce que nous avons longuement attendu à la frontière. Vous savez ce que c'est, on s'habitue rapidement à un niveau de confort. Ce...
Read More

18- Mais où est Bob Morane ?

«Ha, vous êtes français ? Et vous voyagez à moto dans toute l'Amérique du Sud?, Ouah...incroyable ! Fantastique ! Vous êtes de vrais aventuriers !». Ce genre de questions et réactions, on commence à s'y faire. Mais entre gentillesse et bienveillance, il s'agit pour...
Read More

17- Voyageurs 2.0

OK, on avait dit rien de privé...mais il faut malgré tout que je vous avoue un truc : je suis vieux. Aussi, compte tenu de mon âge avancé, je suis en mesure de noter en quoi la modernité modifie le comportement du voyageur. Par exemple, « de mon temps » (à prononcer...
Read More

16- Machu Picchu or not Machu Picchu ?

J’ai déjà dit que notre stage à la montagne commençait à nous peser ? Non, parce qu’il se passe un truc assez étrange qui rend plutôt circonspect. Comment dire ? Les paysages sont d’une beauté à couper le souffle (au sens littéral aussi, mais ça c’est plutôt à cause...
Read More

15- Le Schtroumph grognon

Il parait que c’est lié à l’âge (mais sans doute un peu aussi au caractère). Toujours est-il que certaines personnes peuvent être grognon. Je ne vais pas mentir, ça m’arrive aussi. Et même en voyage, il y a toujours matière à ronchonner. Vous voulez un exemple ? J’en...
Read More

14- La Paz, l’Altiplano et tout ça

 La Paz, avec un tel nom, on pourrait s’attendre à une ville paisible…Cela dit, sans doute que pour un parisien ordinaire, de retour du boulot aux heures de pointes, la ville semblerait effectivement paisible ! C’est à dire que le contexte géographique est assez...
Read More

13- Salar, vous avez dit salar ?

Dans les incontournables beautés et bizarreries qu’offre la nature de ce côté-ci de la planète Il y a le salar. Si tous les motards ont entendu parler du flat salt lake aux USA où ont lieu les records de vitesse pure, les amateurs de beauté simple, sans record de...
Read More
Show Buttons
Hide Buttons