La Paz, avec un tel nom, on pourrait s’attendre à une ville paisible…Cela dit, sans doute que pour un parisien ordinaire, de retour du boulot aux heures de pointes, la ville semblerait effectivement paisible !

C’est à dire que le contexte géographique est assez différent entre la capitale française et celle de Bolivie. Pour l’atteindre nous avons, en effet, roulé sur un plateau d’altitude qui semblait sans fin, avec des paysages désolés (qui peuvent sembler austères selon l’état d’esprit…) dans la zone des 4000 m d’altitude avec un vent, parfois violent, glacé qui balaye une étendue aussi vaste que dénuée de végétation et à peine peuplée de quelques lamas.

Vous voyez le tableau ?

Au bout de quelques heures de ce régime, nous sommes arrivés à EL Alto, en banlieue de La Paz, qui semble agglutiné au bord d’un trou géant dans lequel serait tombé La Paz ! Le centre-ville est tout au fond de la cuvette, mais les bords sont également colonisés par les habitations. Le problème c’est que la cuvette ne peut pas s’agrandir, alors pour répondre aux besoins démographiques grandissants, c’est El Alto qui s’étend.

Tout ça pour dire qu’une grande partie de la ville est découpée par des rues (très) pentues. Les voitures individuelles restant minoritaires, l’essentiel du trafic est occupé par des collectivos (des minibus Toyota Hiace pour l’essentiel) qui s’arrêtent n’importe où, n’importe quand pour charger ou déposer des passagers. Si on y ajoute des rues étroites bordées de trottoirs de 50 cm de large, on a peut-etre l’ombre d’une explication aux embouteillages monstres qui paralysent la ville… Bien sur, il a aussi la solution de marcher. Mais comment dire….?

J’ai déjà dit que les rues étaient très pentues ? J’ai aussi déjà dit que La Paz est la capitale la plus haute du monde ? Et enfin, j’ai du déjà dire, à une autre occasion, que je n’ai jamais été un amoureux de la marche, non ?

Bref, on a craché nos tripes à la moindre promenade.

Et la moto me direz-vous ?

Et bien figurez-vous que depuis quelques temps, elle aussi crachote et fait mine de s’évanouir… Après les pistes du sud, j’ai cru à une cochonnerie infiltrée dans le circuit d’alimentation. Je l’ai déshabillée pour atteindre l’injecteur. Elle est repartie, mais les crises d’asthme sont revenues par intermittences. J’ai fini par la confier au mécano Honda de La Paz qui a trouvé le filtre de la pompe à essence en partie colmaté par la crasse…

En quittant La Paz, c’est donc avec sérénité que nous sommes repartis à l’assaut des bords de la cuvette…. Mais certaines rues doivent avoir des pentes à 20%, aussi notre pov mobylette, même au mieux de sa forme (enfin avec le peu de watts qu’il lui reste à cette altitude !) a refusé d’aller jusqu’en haut ! Heu…je crois qu’elle aussi commence à en avoir marre de la montagne !!

Diaporama

Suivez-nous sur Facebook

https://www.facebook.com/fredetaldo

Si vous avez raté le début:

22- Coincés en Colombie ?

La Colombie faisait partie des destinations qui nous tenaient à coeur dans ce voyage. Or, avant même de partir, nous avions de sérieux doutes sur la possibilité d’entrer chez son voisin, le Venezuela. Le pays est, en effet, en crise depuis plus d’un an, les frontières...
Read More

21- Cali (le premier qui demande si c’est un chanteur, est invité à sortir)

Cali, donc, est notre première vraie ville en Colombie. Nous avons atterri dans le quartier de San Antonio, qui par certains aspects évoque Santa Teresa à Rio, mais en moins pentu et sans vue sur la mer. Oui je sais, ce genre de remarque ça fait un peu “j’me la pète”...
Read More

20- Fromage ET dessert

Coincé entre le Pérou et la Colombie, l'Equateur fait partie des petit pays d'Amérique du Sud. Mais avec un littoral sur l'océan Pacifique, la région « del oriente » encrée en Amazonie et les plateaux andins d'où émerge le « plus haut sommet du monde par rapport au...
Read More

19- Le motard et les crevettes

Notre entrée en Equateur s'est faite nuitamment. Non que nous ayons misé sur la puissance de l'éclairage de notre moto, mais simplement parce que nous avons longuement attendu à la frontière. Vous savez ce que c'est, on s'habitue rapidement à un niveau de confort. Ce...
Read More

18- Mais où est Bob Morane ?

«Ha, vous êtes français ? Et vous voyagez à moto dans toute l'Amérique du Sud?, Ouah...incroyable ! Fantastique ! Vous êtes de vrais aventuriers !». Ce genre de questions et réactions, on commence à s'y faire. Mais entre gentillesse et bienveillance, il s'agit pour...
Read More

17- Voyageurs 2.0

OK, on avait dit rien de privé...mais il faut malgré tout que je vous avoue un truc : je suis vieux. Aussi, compte tenu de mon âge avancé, je suis en mesure de noter en quoi la modernité modifie le comportement du voyageur. Par exemple, « de mon temps » (à prononcer...
Read More

16- Machu Picchu or not Machu Picchu ?

J’ai déjà dit que notre stage à la montagne commençait à nous peser ? Non, parce qu’il se passe un truc assez étrange qui rend plutôt circonspect. Comment dire ? Les paysages sont d’une beauté à couper le souffle (au sens littéral aussi, mais ça c’est plutôt à cause...
Read More

15- Le Schtroumph grognon

Il parait que c’est lié à l’âge (mais sans doute un peu aussi au caractère). Toujours est-il que certaines personnes peuvent être grognon. Je ne vais pas mentir, ça m’arrive aussi. Et même en voyage, il y a toujours matière à ronchonner. Vous voulez un exemple ? J’en...
Read More

14- La Paz, l’Altiplano et tout ça

 La Paz, avec un tel nom, on pourrait s’attendre à une ville paisible…Cela dit, sans doute que pour un parisien ordinaire, de retour du boulot aux heures de pointes, la ville semblerait effectivement paisible ! C’est à dire que le contexte géographique est assez...
Read More

13- Salar, vous avez dit salar ?

Dans les incontournables beautés et bizarreries qu’offre la nature de ce côté-ci de la planète Il y a le salar. Si tous les motards ont entendu parler du flat salt lake aux USA où ont lieu les records de vitesse pure, les amateurs de beauté simple, sans record de...
Read More
Show Buttons
Hide Buttons