Partis à 11h (à la fraîche quoi !), j’espérais bien effectuer la moitié du trajet avant la nuit; étant entendu que rouler de nuit à moto ne m’a jamais semblé une super idée, et encore moins en voyage; avant de chercher une pousada pour la nuit. Pour le reste de la troupe, le départ du bus est fixé midi avec pour objectif une arrivée à Macapa à minuit, soit 12h plus tard.

C’était sans compter sur l’état de cette fameuse piste !

Après une bonne heure de route, le goudron a laissé place à la latérite, interrompue régulièrement par des petits pont de bois pour enjamber les nombreux cours d’eau. Le tout bordé par les grands arbres de la forêt et quelques grands dénivelés qui donnent des allures de toboggans géants. C’était beau et on trouvait ça plutôt sympa. Et puis la vision idyllique a dégénéré. Des flaques d’eau sont apparues, puis des ornières profondes, puis de la boue (à la densité variable) et enfin, histoire de clouer le tableau, il s’est mis à pleuvoir ! C’est le problème avec les trucs pas carrés, on avait bien dit qu’on était en début de saison sèche. Seulement voila, le début d’un truc ça correspond forcément à la fin d’un autre truc. Vous vous rappelez l’histoire des limites floues et imprécises ?

Bon bref, on s’est crotté (moto et passagers), enfoncés dans la boue, croisé des camions en bien plus mauvaise posture que nous, et on s’est dit que le bus aurait certainement un peu de retard…

Nous avons retrouvé du goudron autour de 17 h et une chambre moins d’une heure plus tard après s’être réapprovisionné en essence auprès de quelques maisons grâce à des bouteilles de coca reconverties en station service.

Nous ne le saurons que le lendemain, mais le bus est sorti de la piste autour de 20 h, après quelques passages scabreux, des descentes de passagers, des récupérations d’autres passagers d’un bus englué, etc. Arrivés à Macapa à 3h du mat, pendant que nous dormions…

Le lendemain, nous nous sommes tous retrouvés sur le bord de l’Amazone à la recherche du monument qui symbolise l’équateur. Un petit muret de vingt cm permet d’avoir un pied sur chaque hémisphère. Dans son prolongement, il y a un terrain de foot (bin oui, nous sommes au Brésil !) dont le milieu de terrain est marqué par l’équateur…

Marinho (c’est la gars de la pousada) est aux petits soins avec nous. Nous allons manger notre premier rodizio (grillades à volonté) en bordure du fleuve et nous renseignons pour aller à Belem, de l’autre côté de l’Amazone, soit 24h de navigation, suspendus dans nos hamacs.

Mais l’histoire des limites floues et imprécises nous poursuit. Le départ fixé à 15h aura lieu à 20h et les 24 h se transformeront en 36…

À suivre

Suivez-nous sur Facebook

Facebook

13- Salar, vous avez dit salar ?

Dans les incontournables beautés et bizarreries qu’offre la nature de ce côté-ci de la planète Il y a le salar. Si tous les motards ont entendu parler du flat salt lake aux USA où ont lieu les records de vitesse pure, les amateurs de beauté simple, sans record de...
Read More

12- Pinard et cactus

Depuis que Dakar est désormais situé en Amérique en Sud, nous avons tous entendu parler de l’Argentine et de ses pays voisins ainsi que de la pampa, des vaches, des gauchos et des steaks d’1 m2. Nous on n’en savait pas plus que la moyenne, alors on s’est contenté de...
Read More

11- Une 250 à 5000 m ! (et en duo)

Après quelques jours au Paraguay et une traversée de l’immense et désolé Chaco, nous avons atterri à Salta, la grande ville du nord Argentin. Une ville agréable située au fond d’une cuvette, et entourée de montagnes. Avec la Cordillère des Andes et ses altitudes...
Read More

10- La rentrée c’est cool

En règle générale, il faut bien reconnaître que nous ne sommes pas des as de la ponctualité. Mais en voyage, c’est encore pire. Il y a les aléas d’une connection, certes, mais il y aussi le fait que bien souvent on préfère regarder autour de nous, ou même aller boire...
Read More

9- Cristo Redentor

On a beau être grognon et refuser de faire le touriste, il est parfois difficile d’échapper à sa triste condition. A savoir : moi aussi je suis un touriste ! Alors on range sa fierté de côté et, comme tout le monde, on va s’acheter le ticket (20€ !) Pour le...
Read More

8- Boipeba la belle

Vous avez sans doutes déjà remarqué ça : les fantasmes ont beau être d’ordre privé, et parfois intimes, ils n’en sont pas moins récurrents, et donc peu originaux. Non, je ne vais pas vous parler de blonde à forte poitrine, mais d’ile. Mais si vous savez : l'ÎLE, avec...
Read More

7-Lembrança do senhor do Bonfim da Bahia

Le pays de la samba et du futbol est aussi le pays des plages. Pas vraiment un scoop vous me direz, et avec un tel littoral rien de surprenant non-plus. Pour surfers ou pour baigneurs, tantôt en ville, tantôt en pleine nature, il y en a pour tous les goûts, et sur des...
Read More

6-Sur la route

Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai jamais lu Kerouac. Ce qui suit n’a donc aucun rapport avec la “beat generation” (ou alors de façon tout à fait fortuite). Sinon, vous voyez les souris blanches de laboratoire ? Celles qui courent dans une roue accrochée à...
Read More

5-Du sable, de l’eau et encore un peu de sable

Voila déjà un mois que nous sillonnons le Brésil. En roulant globalement vers le sud et en longeant plus ou moins son littoral. D’ores et déjà, je dois bien avouer qu’avec ces quelques semaines de stage, notre maîtrise de la Caipirinha s’améliore. Nous progressons...
Read More

4-Cassandre raconte encore

  LA MATINEE ENSABLEE: Après avoir quitté Lençois et ses belles "Lagoa Azul" (piscines naturelles au milieu des dunes), on se met en quête de trouver un endroit aussi beau, c'est donc parti pour Jericoacoara, un bord de mer apparemment splendide. En une journée,...
Read More
Show Buttons
Hide Buttons