Je vous ai déjà raconté la frontière précédente, mais nous réalisons seulement que les frontières vont être nombreuses pendant ce périple. Dans la mesure où les pays se succèdent sur une (relativement) faible distance, les passages de frontières vont se succéder à un rythme soutenu. Or les frontières c’est toujours un peu chiant, long …et un peu coûteux !

Les importations provisoires des motos sont facilitées (pas de carnet de passage en douane) mais chaque fois il faut payer (70 balles en moyenne pour les deux motos). Normalement il y a également une assurance provisoire à souscrire. Mais au Guatemala, tous le monde s’en fout ! Donc nous aussi. A côté des gars qui font office de banque ambulante, avec des liasses de billets de toutes les couleurs, il y a aussi celui qui va t’aider pour les formalités et qui connait le processus parfois mieux que les officiels. Bref, après avoir évité les changeurs, un jeune gars est venu spontanément nous « guider » pour la danse des guichets, des formulaires à remplir, des photocopies de nos documents, etc. Ce gars nous a fait la conversation, nous a accompagné à chaque guichet pour au final nous souhaiter un bon voyage et retourner à ses occupations sans rien nous demander. Et sans que Fred n’y trouve rien à redire non plus ! Oui parce que, en ce qui me concerne, dans la mesure où je ne suis pas en demande, j’ai plutôt tendance à jouer les « crevards » avec ces guides spontanés (l’expression est de Fred et il s’agit précisément de marquer son désaccord vis à vis de ma façon de faire…) qui « oeuvrent pour ton bien » tout en te plaçant en situation de dette. Donc sur ce coup là, même Fred n’a rien trouvé à redire et, ensemble, nous avons simplement trouvé ce garçon fort sympathique ! Or, comme pour les gens, le premier contact avec un nouveau pays c’est important. Nous avons donc pris la route, tout sourire en avant, nourris d’un à-priori positif. (oui, il nous en faut peu).

A la première pause un vieux monsieur est venu me faire la conversation pendant que Fred s’intéressait à la cuisine locale. Le vieux en question tenait absolument à placer les deux mots d’anglais en sa possession. Car il faut savoir que de ce côté-ci de la planète un étranger est nécessairement un gringo (donc américain des USA),… ce qui a pour effet immédiat de me gonfler. Dans la foulée, je m’empresse donc de m’excuser auprès de ce vieux monsieur en disant que je ne parle pas anglais. Normalement ça fonctionne assez bien et puis, présentations faites, nous poursuivons en espagnol. Mais ce vieux là a continué à glisser ses deux mots d’anglais dans ses phrases en espagnol. Bon, nous sommes partis (de toutes façons Fred avait fini de manger).

Quelques heures plus tard, nous sommes entrés dans la charmante ville de Flores. Située sur une île du lac (Petén Itza), elle est reliée à la terre ferme par une route construite sur une digue. La situation de la ville en elle même est donc déjà assez exceptionnelle, mais les constructions colorées, les ruelles pavées et la place principale en hauteur qui domine tout le paysage, contribuent à en faire une ville tout à fait charmante. Pour ne rien gâcher, l’ambiance y est paisible et les contacts simples et faciles. Sans surprises, nous avons bien aimé Flores (oui, il nous en faut peu, je l’ai déjà dit).

Pour le soir de Noël nous avions prévu une halte coté « montagnes » à Lanquin. Des cabanes sur pilotis construites sur un relief boisé de plantes tropicales et à proximité du parc naturel de Semuc Champey. Une aire qui abrite cascades, rivières et étendues d’eaux turquoises qui incitent à la baignade. Or, l’itinéraire le plus directe pour rejoindre ce spot nous faisait passer une piste de montagne sur une quarantaine de km. Assez confiants, nous sommes partis dans cette direction en imaginant déjà ce Noël tropical et nécessairement sympa.

01-Tu veux ou tu veux pas ?

La poisse C'est un peu la sensation que nous avons trainé ces derniers temps. Il y a celle généralisée qui empêche de tourner en rond comme cette pandémie mondiale. Il y a celle plus personnelle, comme l'entrée délicate dans le grand âge de nos ainés, et qui demande...

02-Cancun un jour …

Depuis notre escapade en Amérique du Sud, nous avions envie, et prévu, de compléter notre collection d'images d'Amérique Latine par delà le Darien Gap et le canal de Panama, jusqu'au Mexique. Or, aujourd'hui ça fait presque un mois que nous sommes au Mexique et la...

03-Yucatan tour

En attendant de recevoir nos cartes grises, qui s'appèlent ici « tarjeta de circulacion », nous avons décidé de mettre le cap vers le nord-ouest en direction de Mérida. Une grande ville située sur la crête de la péninsule du Yucatan, à quelques 300 km d'ici. Il était...

04- Caribean style

C'est marrant comme le passage d'une frontière marque parfois une vraie césure. Ok ça paraît con comme remarque, mais si une frontière c'est d'abord une limite territoriale entre deux Etats, la géographie naturelle, la faune, la flore, comme les aires linguistiques ou...

05- Caraïbe, mais encore ?

Il faut savoir que notre itinéraire est assez basique. Rudimentaire. Ou alors flou. Pour être tout à fait honnête, nous n'avons pas vraiment d'itinéraire. Le seul truc que nous avons imaginé, c'est d'aller vers le sud par la côte Caraïbe puis de retourner vers le nord...

07- La piste en 125 Italika

Notre baptême de piste nous l’avons déjà eu au Bélize et, en roulant doucement, la légèreté de nos motos compense leur inaptitude au tout-terrain. C’est donc assez confiants, que nous sommes partis en direction de notre raccourci via une piste de montagne.

08- Le rêve américain

Lors de notre escale à Flores (Guatemala), nous logions dans une charmante auberge où, à l'occasion d'une clope nocturne, nous avons échangé avec le jeune gardien de nuit. Celui-ci somnolait à moitié dans les escaliers extérieur (on ne l'a pas dénoncé car nous sommes...

09- Honduras nous voilà !

Pour notre entrée au Honduras, nous sommes arrivés à Copán, tout près de la frontière du Guatemala. En fait « Copán Ruinas » comme le dit l'appellation officielle. Car, comme on peut s'en douter, il y a un site de ruines Maya à proximité. Or cette proximité de la...

10- La religion ou la violence ?

Les recommandations officielles de la France vis-à-vis du Honduras décrivent donc le pays de la façon suivante : « La criminalité est souvent le fait de bandes (les « maras ») et liée au trafic de stupéfiants et aux extorsions de fonds. Ces dernières se manifestent...

11- Sandinista !

Comme un caillou dans la chaussure auquel on s'habitue, ce n'est qu'en retrouvant de vraies ambiances paisibles que l'on mesure une tension passée. C'est exactement ce que nous avons ressenti en entrant au Nicaragua. Il y a du monde dans les rues le soir, les bars ont...
Show Buttons
Hide Buttons